Uncategorized

Le final

Image

 

Le 8 décembre 2013 sonne la fin de ma Visiting session à Montréal. C’est avec un léger pincement au cœur et une note de nostalgie que je quitte la ville.

A peine le temps de réaliser que c’est déjà terminé que je me retrouve à Paris. Premières amabilités, premières galères, un retour en France sans un souci de travaux, de voie fermée ou autre cause toujours plus étonnante n’est pas coutume. Montréal et sa bonne humeur me manquent déjà !

Au Québec, je n’avais jamais besoin de courir après un conseiller ou un employé pour obtenir un renseignement, si les gens vous voit à chercher votre chemin ils viendront instinctivement vers vous pour vous éclairer, et ça, toujours avec le sourire.

Et puis, Montréal, c’est une ambiance. C’est une population soudée, détendue et fière de ce qu’elle a. Il y a tellement de choses à faire qu’il est impossible de s’ennuyer ou de tomber dans la routine.

Presque toutes les semaines, il y a des matchs de hockey universitaires, c’est une ambiance incroyable. Les supporters fidèles sont aux couleurs de leur équipe et l’orchestre de l’université qui accueille est présent pour ponctuer le match en dehors des temps de jeux. Vitesse, hargne, chocs, cries de joies, ça ne manque pas d’action !

Bien sûr lorsqu’on reste deux mois dans une ville, on prend quelques habitudes et on trouve vite son bar « fétiche ». Le nôtre, avec les étudiants de ma promotion, c’était La Distellerie n°2, avenue de Mont-Royal, au cœur de la ville. Ambiance relativement tamisée, de la bonne musique, de l’espace pour danser, de jeunes serveurs supers sympas, et surtout des consommations servies en pot. En pot oui, à l’image d’un pot de confiture, de 50Cl ou 1litre…ça pique ! Grands choix de cocktails pour un prix raisonnable, compter 10$ (tips compris) pour le 50Cl et le double pour le pot d’un litre. Une bonne soirée assurée !

Il est très simple de partir se balader aux alentours de Montréal, en voiture ou transports en communs, les deux laissent un grand choix de destinations. La région de Québec offre des paysages à couper le souffle. En remontant un peu vers le Nord, à seulement quelques heures, Tadoussac, Chicoutimi ou encore le lac St-Jean ne vous décevront pas. C’est un voyage nature, toute la route est bordée de montagnes, de lacs, et de forêts à perte de vue. Mais Montréal est aussi à seulement 40 minutes de la frontière américaine. Les états du Vermont, du New Hampshire ou de New-York, qui bordent la frontière, sont les régions les plus boisée des Etats-Unis, on retrouve le même genre de paysages qu’au Québec mais dans l’immensité Américaine. Pour terminer en apothéose, partez flâner à New-York city, la grande pomme et ses illuminations donnent à rêver…

Arrivée début octobre et repartie début décembre, j’ai eu la chance de profiter de la fin de l’été indien à Montréal et de sa neige. De l’arc-en-ciel de couleurs à la ville en blanc, Montréal est une ville extraordinaire que je conseillerai toujours !

 

 

Advertisements
Standard
Uncategorized

Revue de presse

CANADA

Montréal est reconnue depuis longtemps pour sa vitalité culturelle. Cet intérêt marqué pour la culture et les arts ne date pas d’hier. Après la seconde guerre mondiale, c’est l’éclosion des premiers services culturelles et en 1956, le premier conseil des Arts voit le jour.

Au début des années 2000, la culture est au cœur de l’avenir de Montréal. En 2005, une nouvelle politique prend forme, la Politique de développement culturel de la Ville de Montréal. Elle désigne la culture comme un moteur essentiel du développement de Montréal, de son dynamisme économique et de sa prospérité future, et favorise l’instauration de l’esprit de collaboration vital à sa réussite. La culture est donc un réel enjeu pour la ville et les représentants de la ville.

Le mois dernier, c’était les élections municipales à Montréal, la majorité de l’actualité tournait donc autour de celles-ci. On pouvait lire le programme des candidats un peu partout, sur les journaux ou sites d’informations et d’actualités. J’ai été agréablement surprise de voir l’importance que chacun d’entre eux portaient au développement de la culture de Montréal et des promesses intéressantes, j’entends par là, des idées innovantes et très attrayantes aussi bien pour la jeunesse que pour les classes plus âgées.

Les Montréalais s’informent et s’investissent beaucoup pour leur ville. Tous les matins, comme on peut le voir en France, des journaux gratuits sont distribués aux portes du métro ou des bus. Les journaux sont clairs, bien détaillés, au design souvent recherché. D’ailleurs à l’époque, lors de la parution du premier quotidien du matin dans les années 1930, le “Montréal-Matin” était déjà reconnu pour la qualité de ses illustrations et sa typographie soignée.

“La Presse” est  un quotidien canadien fondé à Montréal en 1884. Ce quotidien est distribué presque partout au Québec, en kiosque, et en Floride l’hiver, oui c’est étonnant! Il est possible d’accéder aux informations via sa version électronique. C’est en naviguant sur leur site que j’ai découvert une option intéressante, le quotidien met à disposition une lecture à voix haute pour les personnes ayant une déficience visuelle, ainsi que la traduction en plusieurs langues. Les sections du journal restent par ailleurs assez classiques: nouvelles locales, nationales et internationales, arts et spectacles, affaires, sports et cahiers thématiques.

Mais comme le veut la tradition Nord-Américaine des grands journaux, le reste du journal pratique le journalisme en toute indépendance, et ça c’est une bonne chose!

L’accès aux journaux et diverses informations sur la ville étant très simple, je vous conseille vivement de vous informer préalablement à votre venue à Montréal….”pour ne rien louper t’sais”.

Standard
Uncategorized

Cinq lieux à ne pas manquer à Montréal!

Montréal est un creuset des cultures du monde entier, la mosaïque de ses quartiers et la diversité de sa restauration en témoignent. C’est une cité effervescente et toujours encline à la fête! La ville regorge d’activités et de petits quartiers, toutes les semaines il est possible de se rendre à un spectacle, un concert, une exposition, pas le temps de s’ennuyer!

1402096_10202164059444965_1045999544_o

– Le Vieux Port

L’esplanade du Vieux-Port connaît une animation quasi permanente. L’endroit offre de belles vues sur la ville et le fleuve, avec ses aires paysagées et ses sentiers de promenade, c’est un grand bol d’air assuré. A l’extrémité Est du quai on lève les yeux à 45 mètres de hauteurs pour admirer la Tour de l’Horloge, elle fut érigée en 1922 à la mémoire des marins disparus lors de la Première Guerre Mondiale. Pour les moins téméraire, il est possible de flâner en calèche le long de l’esplanade!

– Le centre historique

Situé entre le fleuve St Laurent et les gratte-ciel du centre ville, le centre historique occupe un territoire jadis fortifié qui se laisse facilement parcourir à pied. C’est un réel bonheur de marcher dans les rues étroites du Vieux Montréal! Fondé en 1642 on découvre les traces entremêlées de plusieurs époques. C’est un quartier vibrant d’animations, avec des musées, galeries d’art, boutiques, restaurants et cafés. Des activités spéciales y ont lieu tout au long de l’année. En cette fin de mois de Novembre, des patinoires poussent un peu partout dans la ville et, qui dit hiver dit Noël et ses belles illuminations, le quartier devient féérique!

– La ville sous-terraine, RESO

Incroyable! Il existe une ville souterraine à Montréal, et qui plus est c’est le plus grand complexe souterrain au monde. Le Montréal sous terrain est un ingénieux arrangement de tunnels de promenades qui connecte les différents centres d’achats, certaines tours à bureau, les stations de métro, et même certains hôtels. Étalé sur plus de 30 kilomètres, cette ville intérieure contiendrait 12% de l’ensemble des magasins de la ville, à vos cartes de crédit mesdames et messieurs, vous pourrez même vous y restaurer!

– Le Mont-Royal

Le Mont-Royal et son incontournable panorama sur toute la ville! Son nom lui a été donné par Jacques Cartier en 1535 et à d’ailleurs inspiré le nom de la ville, Montréal. On pourrait croire que la marche est interminable et dure physiquement mais détrompez-vous, il ne culmine qu’à 233 mètres! On y accède par des escaliers à travers la forêt, un vrai paradis pour les écureuils. Un peu plus en contrebas, on trouve le lac aux Castors. C’est en fait un lac artificiel, aménagé sur d’anciens marécages etdessiné en 1938 par l’architecte Frederick Gage Todd. A ma grande déception, bien qu’il aurait fallu s’en douter, les castors ne sautillent pas partout autour du lac, je n’en ai même pas vu un!

Véritable “poumon vert” de la ville, le Mont-Royal est un lieu unique couvert de 60 000 arbres, offrant un paysage splendide à toutes les saisons.

– Le Quartier général de la rue St Urbain

Le Quartier général, c’est un lieu mis à disposition de différentes associations artistiques et musicales. C’est un grand bâtiment, à l’allure atypique, de grandes colonnes ornes l’entrée de ce repère qui s’étale sur trois étages.

J’y suis allée à l’occasion du Festival M pour Montréal. « M » est une organisation indépendante qui s’est donné comme audacieuse mission de faire découvrir de nouveaux artistes et de propulser leur carrière à l’étranger. C’est un haut lieu de créativité, d’influence et de convergence internationale en matière musicale. Les deux premiers étages sont dédiés à des expositions, portraits d’artistes, histoire de la musique, etc. Le dernier étage est LE lieu! C’est au top de ce grand bâtiment que le concert prend place, la salle n’est pas très grande, il y fait…très chaud mais une deuxième salle, sur le même étage, est aménagée pour le bar et la projection du concert en cours!

Beaucoup d’activités culturelles sont organisées à Montréal et il y en a pour tous les goûts…à ne pas surtout manquer!

– Mon petit bonus: Le Muki

1390776_10202151222001703_1656835068_n

187 place d’Youville, Le Muki est un bonheur pour les papilles. Son gérant concocte des gaufres et délices glacés maison, sucrés ou salés, ici aussi il y en a encore pour tous les goûts!

Très bon rapport qualité/prix, ambiance posée, vous pourrez même vous y réchauffez au coin du feu l’hiver!

Standard
Uncategorized

School’s life

20131021_164140

Le 14 octobre dernier, c’était la rentrée à Montréal. Comme à l’accoutumé lors de la première journée on nous présente le programme et le déroulement de nos 8 semaines ici. Rencontre avec Gilles, notre représentant à Montréal, qu’on ne voit que très peu ceci-dit en passant!

Rendez-vous donné à l’Holliday Inn…du quartier Chinois! Suprise, c’est dans cet hôtel que se dérouleront tous nos cours. Nappes blanches, moquette à fleurs, quelques ordinateurs, un projecteur et voilà les salles de conférences transformées en salle de cours! Le cadre est atypique et nous change de notre environnement Bordelais. Grand choix de nems et dumplings en tout genre pour la pause déjeuner, non négligeable!

Les cours sont assurés par des professionnels du Web, la plupart d’entre eux parlent français ou québecois, ce qui n’est pas tout à fait la même chose, et pour d’autres le “franglais”! Il n’est pas facile d’arriver dans un pays étranger après 2 ou 4 ans de cours suivit en France, ni pour nous étudiants, ni pour eux professeurs. L’adaptation a été assez longue, la mise en place de cours structurés également. Beaucoup de nos intervenants n’ont jamais donné cours à de grands groupes d’étudiants et se sont retrouvés désarmés devant nous et nos attentes.

Le 30 octobre dernier c’était les “Open House Startup Montréal”, une journée instructive et fun puisque startup rime souvent avec jeunesse et donc bières, chips, musique, Fifa aussi, moins instructif certes. J’ai visité deux startups ce jour là, Wherecloud, studio de développement d’applications mobiles et Shopify, agence qui créée des plateformes e-commerce. Il est intéressant d’entrée dans le cœur de ce genre d’entreprise, les créateurs et employés, souvent en freelance, sont très ouverts aux questions et sont heureux de raconter comment ils en sont arrivés là. De nombreux auto-entrepreneurs ont imaginé leur futur entreprise alors qu’ils étaient encore étudiant, on se sent proche d’eux. On prend d’avantage conscience de l’investissement et du travail qu’est la création d’une startup en passant la porte d’entrée de cette dernière. Je garde l’image de personnes motivées et ambitieuses qui font rêver!

La “Visting Session” c’est aussi des conférences de personnalités du web. On a notamment écouté la très influente Michelle Blanc lors de son passage à HEC Montréal. Madame Blanc est une femme d’affaires, conférencière et blogueuse Québécoise spécialisée dans les questions de stratégie, de Web Marketing et de réseaux sociaux. Détentrice de plusieurs distinctions, tout le monde du Web se l’arrache pour ses connaissances et sa personnalité à part. Elle est l’auteur du livre “Les Médias sociaux 101 – Le réseau mondial des beaux-frères et des belles-soeurs” édité en 2010.

L’aventure continue, on attend la suite!

Standard
HOME

Halloween

20131101_003947

Arrivée mi-octobre à Montréal les citrouilles poussaient déjà sur les perrons. Halloween ici c’est une vraie tradition.

 Alors qu’en France cet événement n’est pas apprécié de tous et amuse surtout les enfants, au Québec toutes les générations y participent. Le soir du 31, les rues sont envahies d’étranges individus, de Batman à Frankenstein en passant par Cruella ou encore un panier à linge en chair et en os. Les parents qui accompagnent leurs petits monstres jouent également le jeu et arpentent les rues en quête de friandises.

A ma grande surprise, les adultes n’attendent pas d’avoir des enfants pour se déguiser, ils enfilent leurs tenues dès l’aube pour aller travailler. Les caissières deviennent des sorcières, les chauffeurs de bus des squelettes et des antennes ou cornes de diables poussent sur toutes les têtes !

La ville est transformée et la fête dure toute la nuit dans tous les bars de Montréal !

Halloween n’est pas fêté que le jour du 31, tout au long du mois d’octobre différents évènements et soirées sont organisés dans le même esprit. C’est avant tout une histoire de tradition et de commémoration.

Celle-ci tient ses origines des Celtes, anciennement le 31 Octobre marquait le jour du Samain , le seul jour de l’année où les morts visitent les vivants. Halloween c’est une façon déguisé de se souvenir des gens perdus tout en s’amusant. Au Québec, il y a différentes façon de se souvenirs des morts. Au delà des citrouilles qui envahissent l’entrée des maisons, Montréal voit aussi fleurir des coquelicots à chaque coin de rue et sur ses habitants. Les coquelicots, c’est la manière Saxon de se souvenir. Après la première guerre mondiale, ce symbole a été adopté par les citoyens du Commonwealth pour rendre hommage aux soldats morts sur les champs de bataille. Il a été largement inspiré par le poème « In Flanders Fiels » de John McCrae, écrit en 1915.

 Entre les citrouilles, les bonbons et les coquelicots je me souviendrai surtout que la fête va bon train et que l’ambiance est incroyable !

Standard
HOME

Essai culinaire: la Poutine

photo 2

 

J’ai goûté la fameuse POUTINE Québécoise !

La poutine c’est des frites, du jus de viande et du fromage…rien que ça, ça fait mal et je fais déjà la grimace. Mais je ne peux bien-sûr pas passer à côté et repartir d’ici sans en avoir avaler une ! C’est comme venir en Bretagne sans manger de crêpes, sacrilège !

Me voilà donc partie à la recherche de la meilleure adresse pour découvrir la poutine.

Etonnement, c’est dans les restaurants Fast-Food qu’on mange les meilleures poutines et ce n’est pas à Montréal qu’on les trouve, paroles de Québécois pure souche.

Ca tombe bien puisque j’ai prévu de parcourir la région de Québec pendant une semaine. J’arrive à Chicoutimi, dans la région de Saguenay, je pose mes valises dans une jolie auberge de jeunesse, la Maison Price. Accueillie en musique par Alex, jeune rasta cool qui travaille dans la maison, impatient de nous faire découvrir sa ville et ses bons plans.

« Une poutine ? Tous « Chez Mamy » ! »

Ma poutine m’est servie aussi rapidement qu’un cheese à Mc Do, l’aspect est particulier mais l’odeur n’est pas si mauvaise ; Mes frites sont bien recouvertes d’un jus de viande marron épais, parsemées de croquettes de fromage.

Ca couine sous la dent, je mastique un bon moment et surprise, ce n’est pas mauvais du tout ! Alex me conseille d’y rajouter du ketchup, l’idée me laisse perplexe, mais encore une fois il a bon, le ketchup rafraichie légèrement le plat !

Ce plat populaire, qui ne rime pas avec finesse il faut le dire, se décline sous multiples formes ; Vous pourrez y ajouter poulet, dinde, petits-pois, maïs, champignons, enfin vous l’aurez compris, ce que bon vous semble !

C’est repue pour trois jours que je ressort de « Chez Mamy », parce que oui, ça colle au corps !

Standard
HOME

Montréal – Les différences culturelles dans la vie quotidienne

20131014_125838

13 octobre 2013, 15 heures, je viens d’arriver à Montréal.

« La température extérieure est de 22 degrés Celsius », c’est la fin de l’été indien, les arbres offrent encore de splendides couleurs rouge-orangé.

Après 7 heures de vols il est surprenant d’entendre la ville parler français mais on se rend très vite compte des différences culturelles et humaines qui séparent la France et le Québec.

Ce premier point n’étonnera personne, leur fameux accent, sujet de bons fou-rires au départ ! On s’y habitue facilement mais certaines expressions nous laissent parfois dans l’interrogation. « Je suis tannée » pour dire qu’on en a marre, on part « maganiser » lorsqu’on fait les boutiques Le français parait comme décomplexé ici au Québec, et oui « aller sur le trône » peut se dire sans être familier ! D’ailleurs le vouvoiement n’est que très peu utilisé.

Beaucoup de Québécois ponctuent généreusement leurs phrases de l’expression « t’sais »,  et nombre d’entre eux utilisent couramment le « franglais », c’est une bien autre manière de s’exprimer !

Les gens sont courtois, polis, serviables et souriants ! Certes, en France, les gens peuvent l’être également mais le respect de l’autre est frappant à Montréal.

Jamais quelqu’un ne tente de forcer le passage pour rentrer dans le métro si tous ceux qui souhaitent sortir ne le sont pas encore, on fait la queue pour rentrer dans le bus, le premier arrivé à la borne de bus sera le premier à rentrer et personne ne tentera de vous passer devant. Anecdotique mais notable, le chauffeur de bus dit toujours bonjour à chaque passager et vous remercie lorsque vous validez votre ticket. Ces petites choses du quotidien font de Montréal une ville accueillante et chaleureuse.

Les relations entre les personnes paraissent plus simples, les gens sont souriants. Lorsqu’on rentre dans un magasin ou quelconques commerces, il n’est pas rare d’entendre « bonjour, comment ça va ? », chose improbable en France si on ne connait pas la personne !!

L’existence d’une population majoritairement francophone au Québec est une réalité unique en Amérique du Nord…et cette dernière influence grandement la vie des Québecois ; En cette période, de grosses citrouilles, monstres et fantômes poussent dans les jardins, la ville s’illumine le soir pour nous offrir un beau spectacle. Et il parait que le 31, la fête est incroyable !

Standard