Uncategorized

Le final

Image

 

Le 8 décembre 2013 sonne la fin de ma Visiting session à Montréal. C’est avec un léger pincement au cœur et une note de nostalgie que je quitte la ville.

A peine le temps de réaliser que c’est déjà terminé que je me retrouve à Paris. Premières amabilités, premières galères, un retour en France sans un souci de travaux, de voie fermée ou autre cause toujours plus étonnante n’est pas coutume. Montréal et sa bonne humeur me manquent déjà !

Au Québec, je n’avais jamais besoin de courir après un conseiller ou un employé pour obtenir un renseignement, si les gens vous voit à chercher votre chemin ils viendront instinctivement vers vous pour vous éclairer, et ça, toujours avec le sourire.

Et puis, Montréal, c’est une ambiance. C’est une population soudée, détendue et fière de ce qu’elle a. Il y a tellement de choses à faire qu’il est impossible de s’ennuyer ou de tomber dans la routine.

Presque toutes les semaines, il y a des matchs de hockey universitaires, c’est une ambiance incroyable. Les supporters fidèles sont aux couleurs de leur équipe et l’orchestre de l’université qui accueille est présent pour ponctuer le match en dehors des temps de jeux. Vitesse, hargne, chocs, cries de joies, ça ne manque pas d’action !

Bien sûr lorsqu’on reste deux mois dans une ville, on prend quelques habitudes et on trouve vite son bar « fétiche ». Le nôtre, avec les étudiants de ma promotion, c’était La Distellerie n°2, avenue de Mont-Royal, au cœur de la ville. Ambiance relativement tamisée, de la bonne musique, de l’espace pour danser, de jeunes serveurs supers sympas, et surtout des consommations servies en pot. En pot oui, à l’image d’un pot de confiture, de 50Cl ou 1litre…ça pique ! Grands choix de cocktails pour un prix raisonnable, compter 10$ (tips compris) pour le 50Cl et le double pour le pot d’un litre. Une bonne soirée assurée !

Il est très simple de partir se balader aux alentours de Montréal, en voiture ou transports en communs, les deux laissent un grand choix de destinations. La région de Québec offre des paysages à couper le souffle. En remontant un peu vers le Nord, à seulement quelques heures, Tadoussac, Chicoutimi ou encore le lac St-Jean ne vous décevront pas. C’est un voyage nature, toute la route est bordée de montagnes, de lacs, et de forêts à perte de vue. Mais Montréal est aussi à seulement 40 minutes de la frontière américaine. Les états du Vermont, du New Hampshire ou de New-York, qui bordent la frontière, sont les régions les plus boisée des Etats-Unis, on retrouve le même genre de paysages qu’au Québec mais dans l’immensité Américaine. Pour terminer en apothéose, partez flâner à New-York city, la grande pomme et ses illuminations donnent à rêver…

Arrivée début octobre et repartie début décembre, j’ai eu la chance de profiter de la fin de l’été indien à Montréal et de sa neige. De l’arc-en-ciel de couleurs à la ville en blanc, Montréal est une ville extraordinaire que je conseillerai toujours !

 

 

Standard
Uncategorized

Revue de presse

CANADA

Montréal est reconnue depuis longtemps pour sa vitalité culturelle. Cet intérêt marqué pour la culture et les arts ne date pas d’hier. Après la seconde guerre mondiale, c’est l’éclosion des premiers services culturelles et en 1956, le premier conseil des Arts voit le jour.

Au début des années 2000, la culture est au cœur de l’avenir de Montréal. En 2005, une nouvelle politique prend forme, la Politique de développement culturel de la Ville de Montréal. Elle désigne la culture comme un moteur essentiel du développement de Montréal, de son dynamisme économique et de sa prospérité future, et favorise l’instauration de l’esprit de collaboration vital à sa réussite. La culture est donc un réel enjeu pour la ville et les représentants de la ville.

Le mois dernier, c’était les élections municipales à Montréal, la majorité de l’actualité tournait donc autour de celles-ci. On pouvait lire le programme des candidats un peu partout, sur les journaux ou sites d’informations et d’actualités. J’ai été agréablement surprise de voir l’importance que chacun d’entre eux portaient au développement de la culture de Montréal et des promesses intéressantes, j’entends par là, des idées innovantes et très attrayantes aussi bien pour la jeunesse que pour les classes plus âgées.

Les Montréalais s’informent et s’investissent beaucoup pour leur ville. Tous les matins, comme on peut le voir en France, des journaux gratuits sont distribués aux portes du métro ou des bus. Les journaux sont clairs, bien détaillés, au design souvent recherché. D’ailleurs à l’époque, lors de la parution du premier quotidien du matin dans les années 1930, le “Montréal-Matin” était déjà reconnu pour la qualité de ses illustrations et sa typographie soignée.

“La Presse” est  un quotidien canadien fondé à Montréal en 1884. Ce quotidien est distribué presque partout au Québec, en kiosque, et en Floride l’hiver, oui c’est étonnant! Il est possible d’accéder aux informations via sa version électronique. C’est en naviguant sur leur site que j’ai découvert une option intéressante, le quotidien met à disposition une lecture à voix haute pour les personnes ayant une déficience visuelle, ainsi que la traduction en plusieurs langues. Les sections du journal restent par ailleurs assez classiques: nouvelles locales, nationales et internationales, arts et spectacles, affaires, sports et cahiers thématiques.

Mais comme le veut la tradition Nord-Américaine des grands journaux, le reste du journal pratique le journalisme en toute indépendance, et ça c’est une bonne chose!

L’accès aux journaux et diverses informations sur la ville étant très simple, je vous conseille vivement de vous informer préalablement à votre venue à Montréal….”pour ne rien louper t’sais”.

Standard